Évolution linguistique et démographique de Facebook en Suisse – Une étude réalisée et actualisée par Virtua

11.04.2012 - posté par Loeiza Viau

En 2012, Facebook est plus que jamais le réseau social le plus populaire au monde : en février le site a dépassé la barre symbolique des 800 millions d’utilisateurs. Présent partout dans le monde, le site propose plus de 70 langues, dont 40 sont utilisées en Suisse.

 

Virtua étant particulièrement sensible aux problématiques du multilinguisme inhérentes à un pays multiculturel comme la Suisse, nous avons recueilli depuis septembre 2007 les données linguistiques et démographiques de Facebook en Suisse. En septembre 2010, nous avions publié une première étude à ce sujet. Dix-huit mois plus tard (une éternité sur le web !), il nous a paru intéressant d'analyser l'évolution de ces données.

 

Depuis les 75’000 Suisses inscrits sur Facebook en septembre 2007, le nombre de membres a été multiplié par 37, pour atteindre les 2.8 millions de membres aujourd’hui. Conséquence, la proportion d’habitants suisses possédant un compte Facebook ne cesse d’augmenter : de 29 % fin 2010, elle est passée à 37 % en mars 2012.

This movie requires Flash Player 9
 

(évolution du nombre de membres sur Facebook en Suisse)
 

Facebook toujours plus multiculturel en Suisse

Dans l’article de septembre 2010, Virtua avait établi qu’une quarantaine de langues étaient utilisées sur Facebook par plus de 100 personnes en Suisse, les trois langues officielles du pays se partageant 82 % des membres. Deux ans plus tard, on observe un renforcement des tendances relevées en 2010.
 
Tout d’abord, on note un décalage entre la population suisse parlant allemand (63.7 % des citoyens), et les membres Facebook utilisant l’allemand, qui représentent 55.1 % en avril 2012. 
 
La population francophone sur Facebook reste stable et colle aux proportions du pays, tandis que la population italophone sur Facebook reste toujours 2 points en deçà de la proportion réelle dans le pays. 
 
Bien que légèrement en baisse, l’anglais rassemble toujours 11.7 % des membres de Facebook en Suisse. La baisse de l’allemand et de l’anglais s’explique par la hausse de la part des membres Facebook ayant choisi une autre langue : ils sont 7.9 % contre 5.3 % en 2010. On observe dans ces autres langues, européennes, orientales ou autres une augmentation globale malgré une variation plus irrégulière des inscriptions. Ces chiffres sont à comparer avec ceux de l’immigration en Suisse : Portugais, Serbes, Turcs et Espagnols figurent parmi les 10 plus grandes communautés étrangères en Suisse. 
 
This movie requires Flash Player 9
 
(typologie des langues utilisées sur Facebook en Suisse)
 

Parité Germanophones / Francophones

Sur Facebook, le nombre des membres francophones ayant plus progressé que celui des germanophones, le ratio allemand/français est encore en baisse – 2,7 – par rapport au ratio réel (3.12). On peut encore expliquer cet écart avec les réseaux sociaux germanophonesVZ et Wer kennt wen : ce dernier est passé à 9.5 millions d’inscrits en janvier 2012 (contre 7 millions en 2009). Les Suisses allemands adoptent toujours Facebook à un rythme moins élevé que les Suisses romands.
 
This movie requires Flash Player 9
 
(évolution du ratio Français / Allemands sur Facebook en Suisse)
 

On adopte Facebook de plus en plus tôt… et de plus en plus tard

Facebook est devenu tellement présent et puissant sur Internet qu’il devient incontournable pour les internautes de toutes les générations. Ainsi, en Suisse, on assiste à une harmonisation des générations présentes sur le réseau : la « jeune » génération, première à adopter Facebook, détient toujours la majorité avec 54 % des membres de Facebook, mais cette majorité est en baisse constante depuis deux ans. 
 
This movie requires Flash Player 9
 
(répartition des membres sur Facebook en Suisse selon les principales tranches d’âge, en Août 2009)
This movie requires Flash Player 9
 
(répartition des membres sur Facebook en Suisse selon les principales tranches d’âge, en Avril 2012)
 
La part des trentenaires stagne à environ 20 %. En réalité, l’écart entre les générations s’aplatit grâce à la formidable poussée des plus de 40 ans sur Facebook : entre août 2009 et aujourd’hui, leur nombre d’inscrits a augmenté de 150 % ! La catégorie des plus de 40 ans a dépassé celle des trentenaires en mai 2010, et représente aujourd’hui 26 % des membres de Facebook.
 
This movie requires Flash Player 9
 
(évolution des membres sur Facebook en Suisse selon les tranches d’âge)
 
Quand on étudie les classes d’âge de façon plus précise, on voit que la part des 13-18 ans reste stable à 20 %, tandis que les classes d’âges suivantes, de 19 ans à 39 ans, qu’on imagine être le cœur de cible de Facebook, voient leur présence respective baisser (les 19-24 ans passent de 25 % à 20 % entre août 2009 et aujourd’hui). 
 
Cette baisse de présence s’effectue au profit des classes d’âges plus élevées, à partir de 40 ans. La dernière catégorie, celles des plus de 55 ans, connaît une véritable explosion, puisque son nombre de membres triple entre août 2009 et aujourd’hui ! Cette situation se répète tant du côté romand que germanique et du côté des femmes que des hommes.
 
Le cœur de cible de Facebook est la classe d’âge qui a connu la plus faible augmentation : sans compter le vieillissement naturel de la génération Y, on pourrait donc imaginer à terme une uniformisation de la répartition des classes d’âge.
 
Dès lors, on peut se poser plusieurs questions : 50-55 ans est-elle toujours la classe d’âge la plus avancée à connaître une progression significative du nombre d’inscrits ? Une campagne Facebook Ads demanderait d’abord une étude du comportement de ces séniors. Il en va de même pour la classe d’âge opposée : Facebook n’autorise les inscriptions qu’à partir de 13 ans, mais en réalité elles commencent de plus en plus tôt, vers 10 ans.
 
De plus, face à l’augmentation des « séniors », il faudrait envisager une meilleure segmentation, pour en déduire des campagnes d’annonces adaptées et spécifiques aux besoins et intérêts : des quadragénaires, cinquantenaires, sexagénaires, actifs ou retraités. 
 

Conclusion

Cette étude révèle que Facebook n’est plus l’apanage d’une classe d’âge et n’est plus réservé aux « Jeunes » ! Au contraire toutes les générations ont su s’approprier le réseau social et l’intégrer dans leur vie quotidienne. Derrière cette évolution sociale se cache un potentiel de segmentation non négligeable : on peut maintenant atteindre presque toutes les couches de la population, des très jeunes aux très vieux, d’un bout à l’autre de la Suisse. Par conséquent, Facebook est de plus en plus accessible à toutes les marques, quel que soit leur secteur d’activité et leur cœur de cible. De formidables débouchés en perspective pour le monde digital.
Bookmark and Share

articles associés


Mots clés: , , , , , , ,

articles associés

6 réponses pour “

  1. [...] que vous trouverez en intégralité sur www.virtua.ch , concerne les 2.8 millions de Suisses inscrits sur [...]

  2. [...] consulter l’étude complète réalisée par Virtua, suivez ce lien. Share and [...]

  3. [...] Une récente étude de Virtua confirme qu’en 2012, Facebook est plus que jamais le réseau social le plus populaire au monde : en février le site a dépassé la barre symbolique des 800 millions d’utilisateurs. Présent partout dans le monde, le site propose plus de 70 langues, dont 40 sont utilisées en Suisse. C’est la plus grande base de données du monde, pourtant encore sous-exploitée en termes d’analyse des comportements de consommation. [...]

  4. AMEL dit :

    Bjr,
    j'ai besoin de votre aide pouvez-vous m'orienter vers des travaux de bases des linguistes au sujet du facebook.
    A bientot!

  5. loeiza dit :

    Bonjour, malheureusement nous n’avons pas d’autres informations à ce sujet. Bonne continuation dans vos recherches.

Laisser une réponse

Your browser doesn't work with css