Evolution linguistique et démographique des membres de Facebook en Suisse – Etude Virtua

16.09.2010 - posté par Jean-Michel Fontaine

Créé en février 2004, Facebook est aujourd’hui le réseau social le plus populaire du monde, avec plus de 500 millions de membres dans le monde, qui utilisent plus de 70 langues.

 

La Suisse étant par nature un pays multiculturel et multilinguistique, Virtua a suivi l’évolution des données linguistiques et démographiques de Facebook en Suisse, en récoltant des données depuis septembre 2007.

 

Disponible pour le grand public dès septembre 2006, Facebook a commencé à attirer les Suisses dès l’été 2008, quand le nombre de ses membres est passé de 400'000 à un million en quelques mois. Depuis, la croissance a été constante, avec plusieurs dizaines de milliers de membres tous les mois. La barre symbolique des deux millions de membres a été franchie en février 2010. Aujourd’hui, 29% de la population suisse dispose d’un compte sur Facebook !

 

(évolution du nombre de membres sur Facebook en Suisse)

 

Jusqu’en février 2008, Facebook était uniquement disponible en anglais. L’introduction de nouvelles langues l’a été, certes pour le confort des utilisateurs, mais également pour des raisons de ciblage publicitaire.

 

Actuellement, 41 langues sont utilisées par plus de 100 personnes sur Facebook en Suisse. Le graphique ci-dessous regroupe les différentes langues selon leur typologie.

 

(typologie des langues utilisées sur Facebook en Suisse)

 

Cette répartition est relativement fidèle à la réalité. Là où officiellement, 63.7 % des habitants de la Suisse sont germanophones, 20.4 % francophones, 6.5 % italophones et 9.4 % utilisent une autre langue, les langues utilisées sur Facebook donnent 57% à l’allemand, 20% au français, 4.6 % à l’italien et 18.4% à d’autres langues (dont 13% à l’anglais).

 

L’anglais étant la langue par défaut de Facebook, on peut attribuer sa sur-représentation aux anglophiles paresseux. En revanche, on peut estimer que les 5.34 % d’utilisateurs qui n’utilisent ni l’allemand, ni le français, ni l’anglais, ni l’italien ne le font par hasard. Il paraît en effet difficilement imaginable que quelqu’un configure l’interface de son compte Facebook en gallois ou en télougou sans raison particulière.

 

Dans les graphiques qui suivent, nous nous sommes plus particulièrement intéressés aux membres germanophones et francophones, qui représentent plus des trois-quarts des membres de Facebook en Suisse. Nous avons pour ce faire procédé à différentes comparaisons selon plusieurs critères :

 

  • L’évolution des membres selon leur sexe ;
  • L’évolution des membres selon leur langue ;
  • L’évolution des membres selon leur tranche d’âge (13-18, 19-24, 25-29, 30-34, 35-39, 40-44, 45-49, 50-54, 55 et plus) ;
  • L’évolution des membres selon plusieurs critères (âge / sexe, âge / langue, sexe / langue, âge / sexe / langue).

La parité enfin respectée !

La parité est remarquablement respectée sur Facebook : depuis août 2009, la part des femmes est comprise entre 49.03 % et 49.82 %.

 

(évolution du ratio hommes / femmes sur Facebook en Suisse)

La barrière de Rösti grignotée par l’Outre-Sarine

Dans le monde réel, le ratio allemand / français en Suisse est de 3.12 (il y a 3.12 Germanophones pour chaque Francophone). Sur Facebook, ce ratio est plus bas, mais a tendance à progresser. En quelques mois, la proportion de locuteurs de langue allemande a progressé de près de 9% par rapport au nombre de locuteurs de langue française. Ce décalage entre le ratio réel et le ratio sur Facebook peut en partie s’expliquer par le fait que deux réseaux sociaux, Wer kent wen et VZ, sont en concurrence avec Facebook dans les pays de langue germanique. Peu à peu, les Suisses allemands adoptent Facebook dans les mêmes proportions que les Suisses romands.

 

(évolution du ratio allemand / français sur Facebook en Suisse)

Du haut de cette pyramide, deux millions de membres vous contemplent…

Quelle que soit la segmentation appliquée (par sexe, par langue, par sexe et par langue), les proportions entre les différentes tranches d’âge sont similaires :

 

  • les 13-29 ans représentent actuellement 60% des membres de Facebook en Suisse ;
  • les 30-39 ans : 20% ;
  • les 40 ans et plus : 20%.

 

En août 2010, pour la première fois, les 40 ans et plus ont dépassé les trentenaires sur Facebook. Loin d’être un site “de jeunes”, Facebook est désormais un site où toutes les classes d’âge sont abondamment représentées.

 

(évolution des membres sur Facebook en Suisse selon les tranches d’âge)

Conclusion

A l’image de leur pays de résidence, les utilisateurs de Facebook en Suisse constituent une population multiculturelle et multilinguistique. Au-delà de la simple étude sociologique, l’abondance des données fournies par Facebook et la facilité de mise en place de segments très précis (par âge, par sexe, par langue…) constituent une mine d’or pour les annonceurs publicitaires. Peu d’annonceurs, d’ailleurs, ont pour l’instant compris l’intérêt d’une segmentation précise lorsqu’ils veulent communiquer avec leur “cœur de cible”. Mais pourtant, n’est-ce pas le principal critère d’une publicité efficace : adresser le bon message à la bonne cible ?

Bookmark and Share

articles associés


Mots clés: , , , , , , ,

articles associés

2 réponses pour “

  1. [...] et démographiques de Facebook en Suisse. En septembre 2010, nous avions publié une première étude à ce sujet. Dix-huit mois plus tard (une éternité sur le web !), il nous a [...]

  2. [...] et démographiques de l’utilisation de Facebook en Suisse. En 2010, Virtua a publié une première étude à ce sujet. Dix-huit mois plus tard (une éternité sur le web !), une deuxième étude analysant [...]

Laisser une réponse

Your browser doesn't work with css